🎙️ Plagma - Interview


● D’où vient le nom « Plagma » ?

Il n’y a pas vraiment de signification du nom de la structure à vrai dire. C’est vrai que chaque structure à une signification du nom, mais nous ce n’est pas le cas.
Lors de la création de notre équipe esport, on cherchait un nom avec une consonance grecque et c’est là que le nom de la structure est tombé par hasard.


● Comment est né ce projet ?

Ce projet est né à la suite de plusieurs expériences antécédentes dans le gaming.
Pour expliquer la naissance du projet : sur la période 2017 à 2018, il faut savoir que Lenwyn, directeur de la structure, était un passionné du jeu Call of Duty: Black Ops 3 et il possédait des petites équipes où il avait comme projet de faire de la performance. On peut citer quelques-unes : Onix Clan, Volve Clan.
Pour expliquer en quelques mots, le but était d’avoir une équipe et de réaliser des objectifs sur le jeu comme le plus de kills sur une partie, le plus de kills avec une arme, etc.
Le milieu de la performance était vraiment à la mode puisqu’il y avait un clan de performance francophone à ce moment qui prenait dans l’ampleur, la Apex Clan. Ça nous a beaucoup impressionné et on voulait s’inspirer de ce qu’il faisait.
Et donc en 2018, c’est avec de l’expérience en tant que gérant d’équipe que Lenwyn s’est intéressé au milieu de la compétition et de l’esport et qu’il a décidé de créer une toute nouvelle équipe d’esport : la Plagma.


● Comment comptez-vous vous faire connaître du public ?

Ce qu’on aimerait faire pour se faire connaître davantage, c’est par exemple de s’élargir sur plus de scènes compétitives avec d’autres jeux, d’organiser des événements ouverts au public ou encore organiser des émissions en direct.
La pâte qui marche bien quand il faut essayer de se faire connaître est celle de la création de contenus je pense. Montrer les résultats, faire des annonces ; montrer que la structure vie et qu’elle est active.
On aimerait également mélanger des univers et montrer que l’esport peut très bien s’affilier avec un autre domaine de divertissement.


● Le projet existe depuis combien d'années ?

Le projet existe depuis 4 années (depuis 2018)


● - Quelle démarche faut-il faire pour ouvrir une structure E-Sport?

Je pense que tout le monde peut ouvrir une structure. Le plus important est de se fixer des objectifs et de construire un plan d’actions sur les axes de développement pour les projets à tenir sur le long terme.
Je conseillerai de passer éventuellement par le statut associatif qui est une bonne base pour pouvoir développer son activité et se faire reconnaître à échelle locale


● - Vous êtes une structure E-Sport basée sur quels jeux vidéo ?

Nous sommes ouverts sur 4 sections de jeux : FIFA, Rocket League, League of Legends et Call of Duty.


● Quels sont vos autres projets ?

On a comme projet sur le long terme de se créer un palmarès multigaming à travers des performances en compétition, d’organiser des événements en salle et en ligne et de créer des contenus que ça soit sous forme de VOD ou en émissions sur Twitch.


● Auriez-vous des conseils à donner à des personnes qui souhaitent se lancer dans l'E-Sport ?

Je dirai de persévérer, d’avoir de la patience et de croire en soi-même.
Il est vrai que commencer un projet et tracer le chemin pour y arriver n’est souvent pas facile. On aimerait que ça marche le plus tôt possible, sauf qu’un projet se construit sur plusieurs années. Avec du travail et de la régularité, je pense que ça marchera mais le plus important est de croire en ses rêves.
Un autre point important : penser petit avant de rêver grand. Ça nous a coûté beaucoup de penser à l'inverse. Souvent, on a tendance à tout faire d’un coup alors que le mieux est de faire progressivement. Même si vous ouvrez qu’une équipe, ça vous permettra de comprendre la scène compétitive. En termes de partenariats, penser au local avant de penser aux sponsors également.


● Il y a beaucoup d'association E-Sport , comment comptez-vous vous démarquer ?

C’est une bonne question et à la fois très compliqué d’y répondre. Il existe des centaines de structures et il y a encore des structures esport qui prennent naissance à l’heure actuelle.
Je pense que ce qui fait que le projet tient autant debout est l’attirance pour les origines locales. On apprécie les cultures locales, le tourisme local et on veut transcrire un nouveau terrain culturel local avec le milieu de l'esport.
Quand on remarque une structure esport qui est dans notre région, même si on est pas fan d’esport, ça nous flatte autant et ça nous rassemble, et pourquoi pas faire des connaissances. Cela nous dépasse à évoluer et de mettre le Pas-de-Calais sur la carte de l’esport et de représenter comme il se doit la région, en France et en Europe


● Quel est l'avenir pour la Plagma au cours des prochaines années ?

C’est dur de se projeter. Les scènes évoluent tellement au cours des années et tout peut basculer dans le bon comme dans le mauvais et à tout moment l’aventure peut s’arrêter dès demain.
Je dirai qu’en 2023, la Plagma arrivera à cocher des projets attendus depuis plusieurs années. On va essayer d’aller plus haut qu’actuellement car la structure soufflera bientôt sa bougie des 5 ans d’existences. Il y a tellement encore des objectifs à valider qu’on en est loin de s’arrêter maintenant comme avoir des locaux ou devenir professionnel dans le milieu.
Et pour plus tard, on espère que la Plagma atteindra au minimum la barre des 10 ans d'existences et qu’on arrivera à faire de la structure, une équipe qui en vaut la peine pour ce qu’elle est réellement. On espère vraiment que le projet tiendra, marchera et que les membres qui nous suivront auront compris.


Interview réalisée par Kévin Martinez de l'association Elkir le 17/12/2022.


Kevin Martinez